mercredi 6 juin 2018

There was a garden

""Il y avait un jardin qu'on appelait la terre, il brillait au soleil comme un fruit défendu, non ce n'était pas le paradis ni l'enfer, ni rien de déjà vu ou déjà entendu... Il y avait un jardin une maison des arbres, avec un lit de mousse pour y faire l'amour, et un petit ruisseau roulant sans une vague, venait le rafraîchir et poursuivait son cours...""


""Il y avait un jardin grand comme une vallée, on pouvait s'y nourrir à toutes les saisons, sur la terre brûlante ou sur l'herbe gelée, et découvrir des fleurs qui n'avaient pas de nom... Il y avait un jardin qu'on appelait la terre, il était assez grand pour des milliers d'enfants, il était habité jadis par nos grands-pères, qui le tenaient eux-même de leurs grands-parents... Où est-il ce jardin où nous aurions pu naître, où nous aurions pu vivre insouciants et nus, où est cette maison toutes portes ouvertes, que je cherche encore et que je ne trouve plus..."" (Moustaki)














""Il est temps de partir, vieux camarade. Laisse ta page à peine écrite, ferme le livre du soleil. Ce qui fut dit dans le jardin te survivra peut-être"" (Claude Esteban - Le jour à peine écrit)











""J'avais trahi parce que j'avais peur d'être trahi à mon tour. Cette peur du lien, cette peur de sentiments trop intenses pour pouvoir être contrôlés, m'avait toujours poussé à réagir d'une seule façon: l'esquive, la fuite"" (Henning Mankell - Les chaussures italiennes)


""Vie violence, ça va de pair, les deux se balancent, paradis enfer. Vie violence, chair contre chair, dansent les cadences d'un tango pervers. Allez viens qu'on s'y frotte, ma colombe ma cocotte, tes vallées ont des charmes valant des larmes. Vie violence, ça va de pair, les deux se balancent, paradis enfer. Vie vie oh lance, lance-moi ton feu, brûle-moi d'innocence, je suis bon, nom de Dieu"" (Claude Nougaro - Le coq et la pendule)








""Elle a roulé sa bosse, elle a roulé carrosse, elle a plumé plus d'un pigeon la Marie-Vison... Elle n'a jamais cherché un petit coeur à aimer, elle n'a choisi que des ballots au coeur d'artichaut. À jouer de la prunelle de Passy à Grenelle, on perd son temps et ses 20 ans voilà qu'ils fichent le camp, pour ce sacré manteau, qu'elle voulait sur son dos, elle a foutu au clou ses rêves de gosse, et ce sacré manteau, qu'elle a toujours sur le dos, ça l'a menée à La Chapelle dans mon quartier..."" (Yves Montand - La Marie-Vison)








""C'est désespérant, tout lire et ne rien retenir! Car on ne retient rien. On a beau faire effort: tout échappe. Ça et là, quelques lambeaux demeurent, fragiles, comme ces flocons de fumée indiquant qu'un train a passé"" (Jules Renard - Journal)





""Une famille, c'est comme un jardin, si on n'y fout pas les pieds ça se met à pousser à tire-larigot, ça meurt d'abandon"" (Serge Joncour - Repose-toi sur moi)

















""On ne peut pas tout partager, il faut s'aménager un jardin secret. En avançant dans la vie, on acquiert cette sagesse fondamentale qui vous indique les rêves qui sont à partager et ceux qui sont à garder en secret"" (Henning Mankell - L'oeil du léopard)











""Je porte un collier de perles noires autour de mon cou. Le collier de ceux qui gardent leurs absents à l'intérieur. Nous sommes nombreux à le porter. Je ne le sens presque pas. Il n'embarrasse plus ni mes gestes ni mes rêves"" (Thomas Vinau - Ici ça va)














Camille, oh! Mille, de la came oh! Mille!!!


""Si tu fais des images, ne parle pas, n'écris pas, ne t'analyse pas, ne répond à aucun questionnaire. Ne piétine pas les jardins secrets. Suggérer, c'est créer: décrire, c'est détruire"" (Robert Doisneau)




""Si seulement on t'avait appris, plutôt, à être heureux en restant immobile. Toutes ces histoires à propos de ton propre chemin. Trouver son chemin. Alors que si ça se trouve, on est fait pour vivre sur une place, dans un jardin, là, sans bouger, à faire que la vie passe. Si ça se trouve, on est un carrefour, le monde a besoin qu'on reste là sans bouger, ce serait une catastrophe si on s'en allait, à un moment donné, suivre notre route. Mais quelle route? Les autres sont des routes, moi je suis une place, je ne mène à aucun endroit, je suis un endroit"" (Alessandro Baricco - City)


""Tout ce qu'on a perdu, on ne le sait pas toujours, mais ça revient instantanément, les plaisirs olfactifs, l'odeur des jardins, l'odeur des plantes arrosées, et puis cette chose extraordinaire et merveilleuse que l'on sait quand on est devenu vieux: qu'on était un enfant à une époque..."" (Jean-Jacques Sempé - Enfances) Bon juin, beaux jardins, des baisers à vous tous.


vendredi 25 mai 2018

Dimanche à Uzès












































































Aux beaux jours, l'animation bat son plein à Uzès, premier Duché de France, particulièrement le samedi autour du grand marché de la Place aux Herbes. Le dimanche reste animé mais on peut déambuler plus calmement dans les ruelles de la vieille ville. Rue du 4 Septembre, nous n'avons pas manqué d'aller saluer Julie, qui a pris le temps de nous faire découvrir chaque recoin de sa belle galerie "art-étévous". Arrêtez-vous-y aussi, surtout un dimanche. Beau printemps les amis, il nous reste encore une petite semaine pour savourer jusqu'au bout ce joli mois de Mai.