dimanche 5 juin 2016

Les derniers poissons côtiers de MOULAY BOUSSELHAM




À Moulay Bousselham (Maroc), il est loin le temps de l'abondance pour les pêcheurs à la ligne, le temps des triplés de sars au bout de nos flèches tahitiennes, des doublés de dorades, des grasses chevrettes, des loups faméliques, des tambours lippus, des corbines pas maigres du tout, le temps où nos oncles gagnaient les concours de chasse sous-marine avec des ceintures royales, il est loin le temps où nos pères remplissaient leurs "couffas" de telle sorte qu'il fallait parfois bien deux bras pour remonter la pêche en haut de la dune... Comme un peu partout sur la Planète, en un demi-siècle, la ressource s'est raréfiée. 















































































































En direction du Nord, la plage de Moulay Bousselham est dominée par une falaise ocre. Y nichent ces oiseaux que m'a permis d'identifier Evgenii Shalaev: ce sont des CORVUS MONUDELA (Eurasian Jackdaw) communément appelés chez nous CHOUCAS des TOURS. Merci Evgenii.




























































































































































Diaporama musical : "Il est où le bonheur?" 
Song by Christophe Maé. Merci Christophe.


À Moulay Bousselham comme ailleurs, la taille moyenne des poissons a considérablement diminué. Bien sûr il reste encore quelques jolies prises accidentelles pour le pêcheur chanceux. Pour inverser ce cycle inquiétant de raréfaction du poisson, on pourrait envisager la création de réserves sous-marines visant à protéger les principaux plateaux rocheux côtiers qui s'étendent en gros de Tanger à Kenitra. J'ai eu l'occasion de plonger dans les réserves marines méditerranéennes de Banyuls en France, et en Espagne celles du Cabo Creus, des Îles Mèdes, des Îles Columbretes et tout récemment en Septembre dernier dans la réserve du Cabo de Gata, Province d'Almeria: j'ai pu constater le retour conséquent d'espèces nobles comme le mérou, la dorade royale, le corb... De plus, autour des réserves, le poisson se développe aussi, favorisant de belles captures... (Nota : toutes les photos ci-dessus ont été prises à Moulay Bousselham en Juin dernier lors de notre dernier passage voilà un an pile-poil)
Ci-dessous une vidéo réalisée en Septembre dernier en apnée au Cabo de Gata, Province d'Almeria, où le poisson noble revient même à faible profondeur. Puissent nos enfants Inch'Allah, faire la même vidéo d'ici 20 ans dans les eaux redevenues poissonneuses de Moulay Bousselham. Bises à tous et bon mois de juin les amis.




Aucun commentaire: